CASTELNAUDARY - U.A.G.R.
(article de La Dépêche, édition de l'Aude)

 

Les années se suivent et se ressemblent. Castelnaudary s'était incliné la saison dernière 17 à 16 suite à une pénalité sifflée dans les arrêts de jeu. Et bis repetita cette année puisque les Chauriens perdent 14 à 13 suite à une pénalité sifflée à la 81e minute. Les protégés du duo Condouret-Carbonnel tenaient pourtant bien leur match avant cette fatidique 81e minute. Au cours du premier acte, bien que bousculés en mêlée fermée, ils se montrent bien plus vifs que leur adversaire, intraitables en défense et bien organisés dans les rucks. D'ailleurs, dès la 10e minute, Batigne ouvre le score sur pénalité. Avec les nouvelles règles mises en place cette année, entre les mêlées, les touches et les innombrables pénalités sifflées, seules quelques minutes dans la partie peuvent être consacrées au rugby. À la 20e minute, suite à un mouvement d'envergure, Labatut lancé comme un boulet de canon finit sa course dans l'en-but. Les Chauriens se font surprendre peu de temps après. Mal replacés sur un renversement d'attaque, ils encaissent un essai en bout de ligne inscrit par l'ailier tarnais Adell. Grosse explication Après les citrons, Gaillac revient à égalité suite à une énième pénalité, 8 à 8. Les visiteurs passent même devant à l'heure de jeu, toujours avec les points d'une pénalité. Mais sur son terrain, le ROC ne lâche rien et sur une belle cocotte qui emporte tout sur son passage, le 3e ligne Maxime Marti plonge en but poussé par toute son équipe, les trois-quarts y compris. Il reste dix minutes et les locaux dominent. Lors de la seule incursion des Gaillacois dans le camp adverse, une énorme bagarre générale éclate. Tous les joueurs présents sur le terrain s'en donnent à cœur joie mais le seul carton rouge est pour le ROC avec, ensuite, un jaune de part et d'autre. La pénalité au départ était chaurienne mais l'arbitre la retourna, offrant la victoire aux Tarnais trop heureux de l'aubaine.

J.-M. C.