CASTELSARRASIN : 29 - U.A.G.R. : 33

Mi-temps : 16 /13

ELOFER S. - LARROQUE - BRETON T.
JANY B. - POTENTE A.
RENAUD - MALIGNON - BLANCAL
VAISSIÈRES C. - GOZE C.
T. GOZE - ESTÉBAN V.- ADELL N. - ADELL L.
JEANTIEU M.

AUSSIBAL T.- VILERS M. ALIBERT A- DAUBA L.- SERVAT- GIROU K. - LOURMIÈRES K - VIALATTE C.

Arbitre : Jérémy VEYSSIERE
P
our Castelsarrasin : 2 essais (9'- 52')- 2 transformationS (9'- 52') - 5 pénalités (6' - 25' -34'- 56'-74')
Carton jaune : 30'

Pour l'U.A.G.R. : 3 essaiS (B. Jany 1'- N. Adell 63'- E. Servat 75')- 3 transformations ( C. Goze 1'-63'- 75') - 3 pénalités ( C. Goze 21'- 40'- 59') - 1 drop ( C. Goze 41'°
Carton jaune : Adell N. 30'- Elofer 48'- Vilers 80'

Remplacements tactiques : T. Aussibal L. Larroque 50'- E. Servat V. Esteban 50'- A. Potente B. Malignon 50'- K. Girou M. Jeantieu 52'- K. Lourmieres L. Larroque 52'

H.D.
C’était presque un match de phase finale auquel nous avons assisté ce dimanche 24 mars à Alary. La luminosité était très printanière et le CAC recevait Gaillac. Mais au final, c’est la soupe à la grimace pour les Tarn-et-Garonnais, défaits 33-29 sur leur pelouse.

Les locaux, cinquièmes, se devaient de gagner pour continuer à espérer finir dans les quatre premières places de la poule, et quasiment valider leur ticket pour les phases finales. Les visiteurs, avec un petit point d’avance, et un match en retard, pointaient à la quatrième place, et venaient défier sans pression un encombrant rival, dans l’optique d’un barrage à domicile.
Au coup d’envoi, en plus de l’ailier Benjamin Sicard, on constatait l’absence de deux éléments clés du pack tarn-et-garonnais : le pilier Turano et le capitaine de touche Barthère, tous deux forfaits pour la rencontre. Ce coup d’envoi est donné par les locaux qui se font cueillir à froid dès le début, et encaissent un essai que l’on qualifiera de "casquette" dès la première minute de jeu.
Mais le début s’annonce sous de très mauvais auspices, puisque Laborie se claque en voulant éviter l’ouverture du score par les visiteurs. Les locaux ne se désunissent toutefois pas, et reviennent très vite dans le match grâce d’abord à la botte d’Eridia puis par un essai très bien construit après un renversement de jeu qui voit Bassin récupérer le cuir en bout de ligne, pour l’aplatir à dame.
Piqué au vif, Gaillac se montre très agressif faisant monter la température sur le pré. Les Cacistes restent concentrés, et font part de leurs atouts dans un secteur où on ne les attend pas forcément face à cette équipe : la mêlée. Ils virent en tête à la pause.
Dix points d’avance qui s’étiolent
Au retour des vestiaires, les Tarnais manifestent la même envie, et Goze claque un drop d’école face aux poteaux. Les "rouge et blanc" semblent d’abord réagir et, continuant à faire mal aux visiteurs sur les mêlées fermées, le capitaine Sicard va à son tour en terre promise. Eridia donne même dix points d’avance à son équipe.
Mais le jeu et la réponse à l’agressivité des visiteurs vont dès lors se déliter progressivement. Adell en profite pour scorer en coin alors que, pour Castelsarrasin, Pujo gît au sol assommé dans un contact avec un adversaire sans que l’arbitre ne stoppe le jeu. Les deux équipes sont alors à égalité et, malgré une nouvelle pénalité d’Eridia, Servat passe en revue la défense locale avant de finir dans l’en-but et de faire passer définitivement son équipe en tête.
Malgré un dernier assaut désordonné, le CAC s’incline, sans qu’il n’y ait grand-chose à dire sur un succès que les Gaillacois sont allés chercher sans génie, mais avec envie, et une agressivité parfois limite.
Le CAC voit donc probablement définitivement s’échapper la 4e place de son groupe mais devra cravacher pour se maintenir dans les six premiers, afin de pouvoir au moins participer au barrage des phases finales. Il faudra, pour cela, mettre d’autres ingrédients alors qu’avec Laborie et l’omniprésent Pujo, l’infirmerie continue de se remplir.
REACTIONS.
Philippe Bertrand (coprésident) : "C’est une grosse déception. Je suis surtout en colère car, par rapport à l’investissement mis par les bénévoles et les dirigeants, je vois certains joueurs qui ne mettent pas l’envie requise. Il faut que ceux qui n’ont pas envie de jouer restent à la maison. Je trouve que le comportement de certains est inadmissible, quand on joue la quatrième place à domicile. Bravo à Gaillac, c’est une belle équipe qui a joué simplement. En faisant du jeu, ils ont su nous renverser, alors que nous étions dominateurs en mêlée, qu’on avait les ballons. Je ne comprends pas comment nous perdons. Ce soir, je suis écœuré."
Mouss Garioub (manager) : "Je suis très amer. Nous avons manqué énormément de précision. Nous avons fait des fautes directes. Gaillac s’en est nourri. Nous avons été incapables de valider à chaque fois que nous avons marqué. Gaillac mérite amplement sa victoire. J’ai beaucoup de déception, car notre objectif était d’offrir un barrage à la maison à nos supporters. Il nous reste deux matchs pour aller chercher la qualification, et finir la saison du mieux possible."
Philippe Maymat (entraîneur des arrières) : "J’ai beaucoup de regrets. On prend ce match par le bon bout, avec un premier quart d’heure très intéressant où on a su être précis, et performants. Par la suite, on a déjoué, on est tombé dans de l’imprécision qui nous a été préjudiciable avec des points « cadeau », des sorties de camp pas assez efficaces. On a été en difficulté pour sortir de notre camp à chaque fois qu’on a scoré. Il faut que nous restions focus sur notre performance, parce que c’est nous qui n’avons pas été assez bons aujourd’hui. C’est un coup d’arrêt, mais il reste deux matches pour aller chercher les phases qualificatives, et on va donner toute l’énergie qu’on a pour y arriver."
David Bégu (entraîneur des avants) : "Je suis déçu par ce qui s’est passé à l’issue du match. On peut remettre en question l’essai marqué par Gaillac où on a un joueur KO depuis deux minutes. J’ai demandé à l’arbitre pourquoi il nous avait laissés jouer à 14. C’est dommage parce qu’on a beaucoup mené mais ils sont passés devant, et ils ont gagné la guerre de l’occupation qui leur a permis de jouer chez nous, et on n’a pas su mettre en place notre jeu en seconde mi-temps. C’est dommage, parce que je trouve qu’on a fait preuve de beaucoup d’intentions. Rien n’est perdu. On va continuer à travailler malgré cette déception. Je suis déçu pour les joueurs."
Guillaume Sicard (capitaine) : "C’est compliqué de réagir à chaud. Tout le match a été serré. On a pensé que ça allait tourner du bon côté car on était dominateur devant, surtout en mêlée fermée. En seconde période, on continue à produire l’effort, on est devant en prenant même le large. Après, on fait de mauvaises réceptions, on est moins bons sur la stratégie, on commence à déjouer, ils reviennent, et passent devant sans qu’on puisse revenir. Je ne sais pas de quoi on a manqué. Il faudra regarder cette semaine, mais à chaud, c’est compliqué."

Francis Contamin (La Dépêche Tarn et Garonne)